La bataille pour la Terre : l’ampleur choquante du réseau d’influence de l’extrême droite – Partie 7

Pour défendre les intérêts de l’industrie des combustibles fossiles ainsi que les autres objectifs de l’agenda de la droite libérale (déréglementation, pouvoir gouvernemental limité, allègements fiscaux pour les riches, libre-échange et mondialisation), les milliardaires et multimillionnaires d’extrême droite (« les 1 % » ou plutôt les 0,01 %) ont mis en place et perfectionné pendant une trentaine d’années un vaste réseau de « think tanks » et d’entreprises médiatiques afin de déformer et de manipuler la perception et l’opinion publiques.

L’ampleur choquante du réseau d’influence de l’extrême droite

Septième partie de la série en dix épisodes « La lutte pour la reconquête de notre planète Terre ».

Commençons par une vue d’ensemble des influenceurs médiatiques et de l’équilibre – inexistant – entre le centre, l’aile gauche et l’aile droite. Le journaliste et chercheur en #hashtag Jonathan Albright, professeur à l’école de journalisme de l’université de Columbia, a étudié des dizaines de milliers d’hyperliens qui alimentent les médias grand public et les sites de médias sociaux. Son diagramme « simplifié » montre les sources politiquement à gauche en bleu et les activités de droite en rouge. Plus le nombre d’hyperliens renvoyant à une page est élevé, plus le cercle est grand. (1)

Il apparaît clairement et de manière choquante que la droite politique domine l’ensemble du paysage médiatique :

Figure 1 : Diagramme de Jonathan Albright des réseaux d’hyperliens d’actualité de gauche (bleu) et de droite (rouge). © Jonathan Albright 2016

Soyons clairs : cette étude ne dit rien sur les éventuelles inclinations politiques des conseils d’administration ou des rédactions de ces entreprises. Elle prouve simplement dans quelle mesure un site web est utilisé (ou se laisse utiliser) par des hyperliens extérieurs.

Le centre de ce graphique représente les médias centristes, le site du Sénat américain étant le plus neutre au centre, suivi par le Financial Times, change(.)org, The Guardian et Apple, le seul géant de la haute technologie un tant soit peu neutre. Un peu plus à gauche du spectre se trouvent le Huffington Post, Mother Jones, The Atlantic et, de manière encore plus prononcée, le New York Times et le Washington Post.

Dans la zone rouge, la BBC, The Independent, le Washington Times (de Murdoch), Amazon et Politico ont tendance à être influencés par la droite. Et si les sites d’extrême droite comme Fox News et Breitbart (2) ne constituent pas une surprise, il s’avère que Youtube, Google et même Wikipedia sont les plus précieux pour l’extrême droite en raison de leur grande portée.

Figure 2 : Close-up de Jonathan Albright sur la fréquence des liens provenant de sources politiquement à droite. Plus un cercle est grand, plus le nombre de liens de droite publiés par ce média est élevé. © Jonathan Albright 2016

Facebook, par exemple, est constamment critiqué pour entretenir une chambre d’écho de droite ; le top 10 de ses pages les plus visitées est systématiquement dominé par des publications et des personnalités de droite et d’extrême droite. (3) Les pages d’extrême droite, qui enfreignent clairement les règles de Facebook bénéficient même d’un traitement spécial et ne sont régulièrement pas sanctionnées. (4) L’entreprise se défend en affirmant que la droite est tout simplement meilleure pour s’adresser aux gens à un niveau émotionnel. « Le populisme de droite est toujours plus attrayant », a déclaré un responsable de Facebook en 2020. (5) Malheureusement, Facebook a probablement raison d’une certaine manière : la droite est meilleure pour s’adresser aux gens ; les hyperliens de droite se propagent beaucoup plus profondément dans l’hémisphère gauche du paysage médiatique que l’inverse.

Le magazine Internet britannique Spiked est un exemple clair de la manière dont la droite s’infiltre même dans des plateformes explicitement de gauche, brouillant ainsi les lignes politiques traditionnelles. Succédant à Living Marxism, Spiked apparaît toujours aux lecteurs comme un forum d’ultra-gauche. Mais sous sa couverture rouge, Spiked a « moins en commun avec la gauche qu’avec la droite fanatique », comme le fait remarquer George Monbiot dans The Guardian. (6) Spiked est contre l’État social, la réglementation, le mouvement Occupy et d’autres anticapitalistes, Jeremy Corbyn, et même #MeToo et Black Lives Matter. Il est favorable à la fracturation hydraulique et à l’extraction du charbon, au Brexit et s’insurge contre les « peurs climatiques » : « Nous devons conquérir la nature, pas nous y soumettre ». « Rendons l »empreinte humaine’ encore plus grande » (cité dans Monbiot 2018). Pas étonnant, Spiked est fortement financé par la Fondation Charles Koch, une organisation de droite (voir ci-dessous).

Un autre bouleversement dans notre monde moderne sens dessus dessous est présenté par RT (Russia Today). En raison de ses liens avec Moscou, RT est généralement considérée comme appartenant à la gauche politique. Mais dans le paysage médiatique, RT est encore plus profondément ancrée à droite que le Daily Telegraph. Et elle a été trouvée parmi les « dix éditeurs marginaux » qui, ensemble, ont été responsables de près de 70 pour cent des interactions des utilisateurs de Facebook avec des contenus niant le changement climatique ». (7)

Le professeur Albright diagnostique qu’ « un vaste réseau de sites web ‘d’information’ douteux a créé un écosystème de propagande en temps réel : Ces sites comprennent des machines à canulars virales capables d’influencer instantanément l’opinion publique par des ‘réactions’ massives à des questions politiques sérieuses et à des événements d’actualité. Ce réseau est déclenché à la demande pour diffuser des informations fausses, biaisées et politiquement chargées ».

Il appelle à une grande prudence face au « réseau d’influence qui peut tailler sur mesure les opinions et les réactions émotionnelles des gens et générer une diffusion ‘virale’ », et face à « l’influence croissante de ce type de micro-ciblage comportemental et de manipulation émotionnelle – des ‘psyops’ guidés par les données ». (8) (Meine Hervorhebungen)

Les architectes du réseau de manipulation le plus riche du monde

Nous ne parlons pas ici de peanuts, mais d’un réseau d’envergure gigantesque agissant à l’échelle mondiale. Une étude publiée en 2013 dans la revue Climatic Change a révélé que le « contre-mouvement au changement climatique » était composé de 91 organisations (groupes de réflexion, groupes de pression et associations industrielles) financées par 140 fondations différentes. Entre 2003 et 2010, le financement s’est élevé à plus de 7 milliards de dollars, soit environ 900 millions de dollars par an. (9)

Qui sont donc les « super-diffuseurs » de désinformation ?

Certains des principaux acteurs sont énumérés ci-dessous. Parmi les pères fondateurs et les bailleurs de fonds, certains noms reviennent toutefois régulièrement. Notamment les deux frères milliardaires fossiles Charles et David Koch, qui ont créé ce réseau et possèdent tellement de parts dans cette pieuvre des fake news (nouvelles forgées) qu’on l’appelle « Kochtopus » (plus d’informations à ce sujet dans la sixième partie).

D’autres milliardaires de droite, notamment Richard Mellon Scaife, Harry et Lynde Bradley et John M. Olin, font également partie de l’élite généreuse qui se réunit chaque année lors des « conférences des donateurs » des frères Koch. Mais ces dernières années, Robert Mercer est devenu le plus grand donateur du réseau Koch. Il est également le milliardaire qui nous a offert le Brexit (10) et l’élection de Trump en 2016 (11) – en collaboration avec Poutine, les fermes de trollbots russes et l’empire médiatique Murdoch.

Le magnat des médias Rupert Murdoch (News Corp.) (12) n’est pas tellement un bailleur de fonds dans ce réseau, mais il fait autant de mal à la planète et à l’éveil du public qu’un seul homme peut en faire. En raison de sa large diffusion de la négation du changement climatique (14), il a été décrit comme « l’homme le plus dangereux du monde ». (13) Mais cela venait de quelqu’un qui n’avait manifestement pas fait de recherches sur les Mercer et les Koch.

Un autre nom qui revient toujours est celui de Rebekah Mercer. Elle est la fille du milliardaire susmentionné. Les initiés de la Maison Blanche la décrivent comme la femme la plus puissante de la politique conservatrice. Elle a par exemple dirigé le comité exécutif de l’équipe de transition de Donald Trump et a également fait monter à bord Steve Bannon, le directeur et cofondateur de l’influente agence de presse de droite (fake) Breitbart News ((fausses) Nouvelles Breitbart). Les Mercer sont copropriétaires de Breitbart ; et Bannon était le bras droit de Robert Mercer dans le cadre du projet de Brexit (voir le scandale Facebook-Cambridge Analytica, partie 8). Des cercles sur des cercles, reliés entre eux

Pour voir la vidéo ( 32′ 50′′ ) avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Vidéo de présentation : Kochland : The Secret History Of Koch Industries (L’histoire secrète des industries Koch) Conférence du journaliste d’affaires Christopher Leonard au Cambridge Forum

Principales sources et amplificateurs de doute et de désinformation

(Toutes les citations proviennent des pages Wikipedia (anglaises) correspondantes, sauf indication contraire).

Quelques-uns des principaux think tanks de la droite libertaire aux États-Unis (et au Royaume-Uni) :

DonorsTrust (DT), une société « à but non lucratif », exonérée d’impôts, créée en 1999 dans le but de « protéger les intentions et l’identité des donateurs libertariens et conservateurs ». Par l’intermédiaire de groupes liés à la famille Koch, DT est la principale plaque tournante pour le transfert secret de millions de dollars au « mouvement de lutte contre le changement climatique » et a également financé les luttes de la droite contre les syndicats et les écoles publiques. DT a été critiquée comme « distributeur automatique d’argent noir du mouvement conservateur ». (15)

– Le Competitive Enterprise Institute (CEI), un groupe de réflexion de droite, fondamentaliste du marché, « financé pour combattre la protection de la nature des années 1960, un objectif central pour la propagation du déni du changement climatique ». Les principaux donateurs sont les Kochs, l’American Petroleum Institute, la Heritage Foundation (voir ci-dessous), ExxonMobil et d’autres géants fossiles. Les autres sponsors sont Amazon, Google, Facebook, Microsoft, Monsanto, Syngenta, GlaxoSmithKline, Pfizer, T-Mobile et VW.

Son directeur, Myron Ebell (citation tristement célèbre : « Le Congrès devrait interdire tout financement du Traité de Paris sur le climat, du Fonds vert pour le climat et de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui en est à l’origine ») (16) a même été nommé par le président Trump pour diriger (ou plutôt pour mettre à terre) l’Environmental Protection Agency (EPA) ; avec des résultats désastreux (par exemple, la loi sur le méthane). (17)

– Le Heartland Institute, l’un des principaux think tanks (groupes de réflexion) négationnistes sur le climat, fortement financé par les frères Koch et les Mercer, avec d’autres dons de groupes [d’énergie] fossile ainsi que de géants du tabac, de Microsoft et de sociétés pharmaceutiques qui vendent des médicaments contre les maladies respiratoires causées par le tabac ou la pollution de l’air (par les combustibles fossiles), notamment Pfizer (plus d’informations dans la partie 9). Heartland a perdu beaucoup de ses donateurs lorsqu’il a franchi un pas de trop en 2012 en diffusant des affiches comparant les « croyants » en la destruction du climat par l’homme à des meurtriers psychopathes et des terroristes connus. (18) Mais Pfizer lui est resté fidèle. (19)

L’American Enterprise Institute (AEI), financé par ExxonMobil, est l’un des dix plus grands think tanks, avec un capital de 178 millions de dollars. (20) Il est devenu célèbre en février 2007 lorsqu’il a « envoyé des lettres à des scientifiques leur proposant 10 000 dollars, plus les frais de déplacement et des sommes supplémentaires, pour mettre en doute le quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ».

Americans for Prosperity (AFP) 2003 (depuis 2016 Committee to Unleash Prosperity) (comité pour libérer la prospérité), l’une des organisations conservatrices américaines les plus influentes. Financée par les frères Koch, elle représente leurs principaux intérêts politiques. « L’AFP à elle seule peut désormais rivaliser avec le Parti républicain en termes de taille, de personnel et de capacité organisationnelle » et a tiré le Parti républicain vers la droite. (21) En outre, « l’AFP a contribué à transformer le mouvement émergent du Tea Party en une force politique ». Parmi les rares donateurs identifiables de l’AFP figurent l’American Petroleum Institute et…

– La John William Pope Foundation (1986), qui entretient des liens forts avec les frères Koch. Cette fondation soutient également les trois organisations suivantes :

– Le Cato Institute, cofondé par Charles Koch en 1977, a accueilli la première conférence connue des négationnistes sur le changement climatique (juin 1991).

– L’American Council on Science and Health (ACSH) (Conseil américain sur la science et la santé), qui nie le changement climatique et tout effet néfaste du DDT, des pesticides, des métaux lourds, du tabagisme ou de la fracturation hydraulique. D’autres fonds proviennent des Kochs, de Scaife, de nombreuses entreprises de tabac, de pétrole et de produits alimentaires, notamment ExxonMobil, Coca-Cola, Pepsico et Kellogg. Nestlé, Procter & Gamble, Johnson & Johnson et Pfizer font également partie des donateurs de la première heure.

– L’Heritage Foundation fait partie des dix think tanks les plus influents, avec une fortune de 154 millions de dollars et des dépenses annuelles de 82 millions de dollars (2013) (22). Elle est financée entre autres par les Scaife, les Mercer, les Koch et ExxonMobil. Elle a eu une influence importante et disproportionnée sur l’élection et l’administration de Donald Trump : au moins 66 employés et anciens élèves de la fondation ont obtenu des postes dans l’administration de Trump. (23) Jim DeMint, président de l’Heritage Foundation (2013-2017), était « une figure de proue du mouvement Tea Party » (N.d.T.:Ce mouvement américain demandait une réduction des taxes, de la dette nationale, et du déficit budgétaire fédéral grâce à une diminution des dépenses du gouvernement. Il a commencé en 2009.) En février 2022, la Heritage Foundation a célébré sa grande influence en coulisses à l’occasion d’une décision de justice fédérale qui a bloqué une initiative clé du président Biden sur le dérèglement climatique. (24) Parmi les administrateurs figurent Steve Forbes, président et PDG du magazine Forbes, et Rebekah Mercer, directrice de la Mercer Family Foundation.

Le Breakthrough Institute (BTI) a été fondé en 2003 par les « écomodernistes » Michael Shellenberger et Ted Nordhaus, qui militent pour la croissance économique, l’innovation technologique et le développement. Le BTI « semble s’opposer à tout – qu’il s’agisse d’un prix pour le carbone ou d’incitations pour les énergies renouvelables – qui aurait un impact important [sur la régénération de l’écosphère] ». (25) L’écomodernisme a été critiqué pour « aller à l’encontre de tout ce que nous savons sur les écosystèmes », (26) mais, de manière évidente, le Wall Street Journal de Rupert Murdoch aime le BTI. (27)

L’Institut Manhattan. Parmi ses bailleurs de fonds figurent Exxon, le Cato Institute, les Koch, les Mercer, le « capitaliste vautour » Paul Singer et les Scaife. Il a fourni au président Trump la fausse affirmation selon laquelle le Green New Deal (nouvel accord vert) coûterait 100 billions de dollars. (28)

La Foundation for Research on Economics and the Environment (FREE) promeut l’idée de protection de la nature selon les principes de l’économie de marché. Elle propose également aux juges fédéraux des séminaires sur sa philosophie libertarienne de droite ; à la fin des années 1990, elle se vantait du fait que près d’un tiers de la magistrature fédérale avait soit assisté à ses séminaires, soit avait l’intention de le faire.

Ces activités constituent une classe à part entière, car elles créent une justice ultra-conservatrice qui doit juger de manière pro-fossile pour une durée indéterminée.

Government Accountability and Oversight (GAO) (Responsabilité et surveillance du gouvernement), un groupe de réflexion d’avocats expérimentés qui a observé ceux qui enquêtent sur ExxonMobil et d’autres compagnies pétrolières. Le climatologue Manfred E. Mann les appelle « les chiens d’attaque » des entreprises de combustibles fossiles. Des liens avec le Heartland Institute, le Competitive Enterprise Institute, le Cato Institute et l’industrie du charbon. Le financement est tenu secret, mais parmi les donateurs figure un important donateur de Trump. (29)

– La Randolph Foundation finance Americans for Prosperity et le Cato Institute. La principale fiduciaire, Heather Higgins, est également présidente du …

– International Woman’s Forum, qui propose une idéologie de marché ultraconservatrice sous le couvert de la libération de la femme. Et Higgins écrit pour RealClearPolitics, une plateforme pour les lecteurs de droite modérée, financée par la Sarah Scaife Foundation. Higgins retweete également des effusions du Committee to Unleash Prosperity (voir ci-dessus). (30)

– Le Media Research Center (MCR), un grand amplificateur de fausses nouvelles, financé par les Mercer, les Scaife, les Koch, Exxon, DonorsTrust, la Randolph Foundation et d’autres. En novembre 2021, une étude du Center for Countering Digital Hate (Centre pour opposer l’aversion du numérique) a constaté que le MCR faisait partie des « dix éditeurs marginaux » qui, ensemble, étaient responsables de près de 70 % des interactions des utilisateurs de Facebook avec du contenu niant la crise climatique ». (31) Le principal donateur est Robert Mercer.

– Accuracy in Media (AIM) (exactitude dans les médias) nie le changement climatique, le SIDA, les effets nocifs du DDT sur les oiseaux et s’oppose au mariage entre personnes de même sexe. Depuis 2009, AIM sème délibérément la méfiance à l’égard des Nations unies, qui sont censées « faire avancer une conférence mondiale pour jeter les bases d’un gouvernement mondial financé par des impôts mondiaux ». Le principal financier d’AIM est la Sarah Scaife Foundation, (32) les autres étant Chevron, Exxon, Getty Oil, Pepsico et Ciba-Geigy. (33)

– L’Institute of Economic Affairs (IEA) est un groupe de réflexion de droite et une organisation caritative enregistrée au Royaume-Uni et associée à la Nouvelle Droite. (34) Parmi ses donateurs figurent DonorsTrust, Exxon, BP et l’industrie du tabac. L’IEA défend une vision du monde de droite et néolibérale et soutient le déni de la crise du climat ainsi que la privatisation totale, donc l’abolition, du service national de santé britannique (NHS).

– La Global Warming Policy Foundation (GWPF) (fondation de politiques sur le réchauffement mondial) est le groupe de négationnistes climatiques le plus en vue du Royaume-Uni et – chose incroyable – une organisation caritative enregistrée. Son financement n’est pas transparent, seul 1,6 pour cent provient des cotisations de ses membres. En 2009, parfaitement chronométré à l’approche de la conférence sur le climat de Copenhague, son fondateur et président Nigel Lawson a fait beaucoup de bruit autour du « Climategate », un scandale inventé de toutes pièces sur d’éminents climatologues. En 2011, le GWPF a mis à disposition « 900+ Peer-Reviewed Papers Supporting Skepticism Of ‘Man-Made’ Global Warming (AGW) Alarm » (« Plus de 900 travaux examinés par des pairs qui soutiennent le scepticisme à l’égard de l’alarme du réchauffement climatique ‘causé par l’homme’ ») (N.D.T.: AGW ou réchauffement mondial anthropique est l’augmentation nette de la température mondiale causée par les activités humaines). Carbon Brief les a analysés et a découvert que neuf des dix principaux auteurs avaient des liens avec ExxonMobil. (35) En 2012, The Guardian a révélé des liens avec des centrales électriques au charbon en Pologne. (36) Avertissement : notez qu’en 2021, le groupe s’est rebaptisé à la mode en se donnant le nom de Net Zero Watch (la garde pour le zéro net) (ce qui convient puisque Net Zero est une autre tactique fossile pour retarder l’action climatique, voir partie 3).

Résumé

La droite politique prédomine clairement et écrase tout le spectre médiatique de gauche. Elle domine tous les flux médiatiques et a également la main habile en choisissant des noms trompeurs comme « International Woman’s Forum » (Forum international de la femme) ou « Net Zero Watch ». Il a même été démontré que le géant pétrolier Chevron utilise le mouvement Black Lives Matter. (37) Utiliser habilement les mouvements pour les droits des femmes, [pour] les droits des travailleurs, contre le racisme ou les inégalités sociales et les opposer à la protection de la nature donne à l’extrême droite d’autres avantages tactiques : les défenseurs de la planète peuvent ainsi être calomniés comme étant misogynes, racistes ou élitistes.

Il est inquiétant de constater que, pendant ou depuis la crise du Corona, de nombreux gouvernements de pays démocratiques plutôt de gauche concentrent la majeure partie de leur lutte contre les fake news et les théories du complot contre les gens de la rue, des citoyens ordinaires qui peuvent être sceptiques vis-à-vis des produits pharmaceutiques ou de certaines interventions de l’État ou simplement de l’augmentation du coût de la vie. Dans chaque pays, les néonazis (dans les rues comme dans l’ombre) sont un véritable problème qui ne devrait jamais être sous-estimé. Mais nous ne devrions jamais oublier qu’il existe en plus une toute autre ligue d’extrémisme de droite : les clubs d’élite des milliardaires « libertaires » fondamentalistes du marché, qui travaillent ouvertement à l’abolition des gouvernements occidentaux et de leurs règles fiscales et de protection de la nature. Et pour cela, ils orchestrent en partie comment et contre quoi on manifeste dans nos rues (plus d’informations à ce sujet dans la 8e partie).

Apprendre l’ampleur et la puissance du réseau d’extrême droite est une source d’effroi. D’un point de vue neutre, certains pourraient presque dire que la droite mérite ses succès continus ; ils semblent tout simplement être les meilleurs joueurs. Des « gagnants », comme ils s’appellent eux-mêmes. Sauf que leur course mondialiste au libre-échange et à la libre appropriation de la planète est sur le point de détruire l’habitabilité de la Terre elle-même et de provoquer ainsi la fin de l’espèce humaine, peut-être dès le milieu de ce siècle. Et sans la Terre, il n’y aura pas de gagnants.

 

Titres de la série « La lutte pour la reconquête de notre planète Terre » (10 parties) :

Voir les articles publiés ICI

Partie 1 : Les stratégies stupéfiantes de l’industrie des combustibles fossiles (1 de 2)

Partie 2 : Les stratégies stupéfiantes de l’industrie des combustibles fossiles (2 de 2)

Partie 3 : Le dangereux leurre du « zéro net d’ici 2050″.

Partie 4 : Pétrole sale : il ne s’agit pas seulement de carbone, bon sang !

Partie 5 : Les géants du fossile, le libre-échange et la guerre

Partie 6 : comment le réseau d’extrême droite (et pas seulement lui) domine le débat sur le climat.

Partie 7 : L’ampleur choquante du réseau d’influence d’extrême droite

Partie 8 : Crise climatique, Corona et théories du complot

Partie 9 : Comment les théories du complot ne servent qu’un seul maître

Partie 10 : Le « Great Reset » (la grande réforme) et le totalitarisme contre la véritable révolution verte

 

___________________________________________________________________________________

Sources pour la partie 7

Sources principales :

desmog.com
sourcewatch.org
Wikipedia

1 https://d1gi.medium.com/left-right-the-combined-post-election2016-news-ecosystem-42fc358fbc96
2 https://www.bbc.co.uk/news/election-us-2016-37971742
3 https://www.businessinsider.com/facebook-right-wing-echo-chamber-data-executive-pushback-2021-7?r=US&IR=T
4 https://popular.info/p/the-dirty-secret-behind-ben-shapiros?s=r
5 https://www.politico.com/news/2020/09/26/facebook-conservatives-2020-421146
6 https://amp.theguardian.com/commentisfree/2018/dec/07/us-billionaires-hard-right-britain-spiked-magazine-charles-david-koch-foundation
7 https://twitter.com/CCDHate/status/1455497591421014020
8 https://d1gi.medium.com/the-election2016-micro-propaganda-machine-383449cc1fba
9 https://www.theguardian.com/environment/2013/dec/20/conservative-groups-1bn-against-climate-change
10 https://www.theguardian.com/technology/2017/may/07/the-great-british-brexit-robbery-hijacked-democracy
11 https://www.nytimes.com/2018/03/17/us/politics/cambridge-analytica-trump-campaign.html1
12 https://www.theguardian.com/media/2021/dec/09/dangerous-monopoly-labor-and-greens-support-judicial-inquiry-into-media-diversity-and-news-corp
13 https://www.spiegel.de/wissenschaft/mensch/rupert-murdoch-der-gefaehrlichste-mann-der-welt-kolumne-a-30b47b6e-ab8f-4ec9-b9fa-9b6959cac5cc
14 https://www.nytimes.com/2020/01/08/world/australia/fires-murdoch-disinformation.html
15 https://www.motherjones.com/politics/2013/02/donors-trust-donor-capital-fund-dark-money-koch-bradley-devos/
16 https://www.washingtontimes.com/news/2016/sep/3/obama-xi-ratify-climate-change-agreement/
17 https://www.nytimes.com/2020/08/13/climate/trump-methane.html
18 https://www.theguardian.com/environment/blog/2012/may/04/heartland-institute-global-warming-murder
19 https://www.desmog.com/2012/06/15/why-pfizer-still-aligning-itself-heartland-institute-public-health-record/
20 https://nonprofitquarterly.org/the-inner-workings-of-think-tanks-transparify-gives-us-a-good-look/
21 https://amp.theguardian.com/commentisfree/2018/dec/07/us-billionaires-hard-right-britain-spiked-magazine-charles-david-koch-foundation
22 https://nonprofitquarterly.org/the-inner-workings-of-think-tanks-transparify-gives-us-a-good-look/
23 https://www.nytimes.com/2018/06/20/magazine/trump-government-heritage-foundation-think-tank.html
24 https://www.heritage.org/energy-economics/impact/biden-climate-change-initiative-blocked-judges-ruling-echoes-heritage
25 https://michaelmann.net/books/madhouse-effect
26 https://www.resilience.org/stories/2015-05-06/a-degrowth-response-to-an-ecomodernist-manifesto/
27 https://www.wsj.com/articles/SB119612085511704536
28 https://www.desmog.com/2019/03/16/manhattan-institute-paul-singer-trump-claim-green-new-deal-cost-100-trillion/
29 https://www.desmog.com/government-accountability-and-oversight/
30 https://twitter.com/TheHRH/status/1489965415698677760
31 https://twitter.com/CCDHate/status/1455497591421014020
32 https://www.desmog.com/accuracy-media/
33 https://www.sourcewatch.org/index.php?title=Accuracy_in_Media#Funders
34 https://www.theguardian.com/politics/2019/feb/05/rightwing-thinktank-breached-charity-law-by-campaigning-for-hard-brexit
35 https://web.archive.org/web/20150817201114/http://www.carbonbrief.org/blog/2011/04/energy-and-environment-900-papers
36 https://www.theguardian.com/environment/damian-carrington-blog/2012/mar/06/climate-change-sceptic-lawson-coal?newsfeed=true
37

___________________________________________________________________________________

Fred Hageneder est l’auteur du livre « Nur die eine Erde – Globaler Zusammenbruch oder globale Heilung – unsere Wahl » (Il n’y a qu’une Terre – Effondrement mondial or guérison mondiale – c’est à nous de choisir).



La bataille pour la Terre : l’ampleur choquante du réseau d’influence de l’extrême droite – Partie 7