Un cadre suprieur de Twitter bas en Irlande a obtenu une injonction temporaire de la Haute Cour empchant l’entreprise de mdias sociaux de mettre fin son emploi. L’injonction a t faite l’initiative de Sinead McSweeney, qui est la vice-prsidente mondiale de Twitter pour la politique publique. Elle affirme qu’en ne rpondant pas un e-mail gnrique et vague envoy tous les employs de Twitter par son propritaire, le multimilliardaire Elon Musk, plus tt ce mois-ci, elle a t traite comme si elle n’tait plus employe par l’entreprise. Alors que l’entreprise l’aurait informe qu’elle avait accept un forfait de sortie, McSweeney assure qu’elle n’a pas dmissionn. McSweeney n’a jamais rpondu l’e-mail, car il ne dcrivait pas les attentes de Musk pour les employs qui ont dcid de rester, et l’indemnit de dpart ne rpondait pas ses droits contractuels . McSweeney a ensuite reu un e-mail confirmant sa dmission volontaire le 18 novembre. Depuis, elle a t exclue du bureau de Dublin de Twitter et de ses systmes informatiques internes, y compris de son compte de messagerie d’entreprise.

Musk a licenci environ la moiti des effectifs de Twitter au dbut du mois avant de commencer demander certains employs de revenir. Aprs avoir licenci environ deux tiers des 7 500 employs de la plateforme en seulement trois semaines aprs sa prise de pouvoir, le PDG de Twitter, Elon Musk, a dclar que l’entreprise en avait fini avec les licenciements et qu’elle embauchait nouveau. Lors d’une runion avec les employs, Musk a galement affirm que Twitter recrute activement pour des postes d’ingnieurs et de commerciaux. Il a galement demand aux employs de recommander des candidats potentiels.

Aprs le renvoi de plusieurs milliers d’employs au dbut du mois, Elon Musk a invit ceux qui restent changer leurs habitudes de travail et d’tre prt pour un travail intensif l’avenir. Il leur a lanc un ultimatum par le biais d’un courriel, leur donnant quelques heures pour se dcider s’ils voulaient rester pour travailler de longues heures une intensit folle ou accepter une indemnit de dpart de trois mois de salaire :

Citation Envoy par Elon Musk

l’avenir, pour construire un Twitter 2.0 rvolutionnaire et russir dans un monde de plus en plus concurrentiel, nous devrons tre extrmement inconditionnels. Cela signifie travailler de longues heures haute intensit. Seule une performance exceptionnelle constituera une note de passage.

Twitter sera galement beaucoup plus ax sur l’ingnierie. La conception et la gestion des produits seront toujours trs importantes et relveront de moi, mais ceux qui crivent du bon code constitueront la majorit de notre quipe et auront une grande influence. En son cur, Twitter est une entreprise de logiciels et de serveurs, donc je pense que cela a du sens.

Si vous pensez vouloir faire partie du nouveau Twitter, s’il vous plat cliquez sur oui sur le lien ci-dessous.

Tous ceux qui ne l’ont pas fait d’ici 5 heures de l’aprs-midi, Temps de l’ESt demain (jeudi) recevront trois mois d’indemnits de dpart.

Quelle que soit votre dcision, nous vous remercions pour les efforts auxquels vous avez consenti pour faire de Twitter un succs.

Elon


Sinead McSweeney au sige de Twitter Dublin

Un cadre suprieur refuse de s’engager dans le Twitter 2.0, mais dcline l’alternative d’Elon Musk

Sinead McSweeney, vice-prsidente mondiale de la politique publique de Twitter base en Irlande, a obtenu une injonction temporaire de la Haute Cour de Dublin pour l’empcher d’tre licencie, selon un rapport de The Irish Times. McSweeney affirme qu’elle a t exclue de ses comptes professionnels et du bureau de Dublin de Twitter aprs ne pas avoir rpondu l’e-mail envoy par Elon Musk aux employs, qui demandait aux travailleurs de rpondre “oui” pour s’engager dans la culture “extrmement hardcore” de Twitter, ou autrement partir.

Musk a envoy l’e-mail peu de temps aprs son rachat de Twitter le 16 novembre et a donn aux employs un peu plus d’une journe pour confirmer s’ils souhaitaient rester dans l’entreprise.

Le tribunal a appris que des lettres d’avocats au nom de Sinead McSweeney avaient t envoyes l’entreprise. Les avocats de Twitter ont reconnu qu’elle n’avait aucune intention de dmissionner, ont confirm que son engagement dans son travail n’avait jamais t remis en question et ont dclar que son accs aux systmes informatiques serait rtabli.

Bien que la communication ait t la bienvenue, a indiqu McSweeney, elle est proccupe par son travail en raison des messages mitigs qu’elle a reus de Musk et de ses principaux associs bass aux tats-Unis depuis le rachat de l’entreprise.

Malgr la communication de l’entreprise, elle reste exclue des systmes informatiques et du bureau de Dublin de Twitter. Elle n’a pas non plus pu assister une runion prvue au bureau de Dublin, car elle n’a pas pu entrer dans le btiment, la laissant embarrasse, humilie et bouleverse.

Elle affirme qu’elle est incapable de travailler et craint que l’entreprise ne m’ait licenci , contrairement aux conditions de son emploi.

Elle prtend qu’en dpit de ses droits contractuels, on ne peut pas faire confiance au dfendeur. Musk, affirme-t-elle, a dirig l’entreprise d’une manire peu orthodoxe et a rembauch et licenci sans logique apparente d’une manire qui, selon elle, est illgale.

La justice intervient

Vendredi aprs-midi, devant la Haute Cour, le juge Brian O’Moore a accord McSweeney une injonction provisoire empchant Twitter International Unlimited Company de rsilier son contrat de travail.

L’injonction, qui a t accorde alors que seule la plaignante tait devant le tribunal, empche galement Twitter d’appliquer les termes d’un e-mail qui lui a t envoy le 16 novembre par Musk son contrat ou ses conditions d’emploi. Elle a en outre obtenu une ordonnance interdisant Twitter de communiquer des tiers ou de publier des informations indiquant que son emploi au sein de l’entreprise a t modifi de quelque manire que ce soit depuis le 15 novembre dernier.

Les ordonnances doivent rester en vigueur jusqu’ nouvel ordre du tribunal.

Sur la base des informations prsentes au tribunal, le juge O’Moore s’est content de rendre l’injonction temporaire demande.

Le juge a not que McSweeney, malgr la correspondance des avocats de Twitter, se retrouve maintenant dans un “no man’s land” en ce qui concerne son emploi.

Le juge a dclar qu’il n’tait pas en mesure ce stade de rendre une ordonnance enjoignant Twitter de la rintgrer dans son rle afin qu’elle puisse avoir accs aux agents et aux systmes informatiques de Twitter.

Reprsente par Frank Beatty SC, mandate par l’avocat Adrian Twomey, McSweeney a dclar que bien qu’elle n’ait eu aucune difficult travailler avec plus d’acharnement pendant une priode mouvemente pour Twitter, elle a dclar que le travail tait devenu difficile depuis le rachat.

Les arguments de McSweeney

Dans une dclaration sous serment au tribunal, McSweeney a affirm qu’elle travaillait souvent plus de 40 heures par semaine, comme l’exige son contrat. Depuis la prise de contrle de Twitter, a-t-elle dclar, sa charge de travail est passe plus de 75 heures par semaine, car de nombreux employs de Twitter ont t sommairement licencis.

McSweeney a dclar qu’elle tait veuve et mre d’un fils adolescent.

Elle a affirm dans sa dclaration qu’elle avait eu des discussions avec Musk et certains de ses principaux associs sur l’avenir de l’entreprise et, en particulier sur la rduction des cots, la rduction des effectifs dans sa section ainsi qu’ailleurs dans l’entreprise.

Alors que des coupes taient recherches dans son domaine de responsabilit, elle a eu une conversation tlphonique avec Musk le 13 novembre o, affirme-t-elle, il a dclar que tout excellent personnel qui avait t licenci devait tre rintgr. Elle a ajout qu’il avait ajout que les critres de rintgration taient que la personne tait excellente, remplissait un rle essentiel et n’tait pas ngative .

Elle a dit il a not que les gens pouvaient tre talentueux, mais pourraient avoir un impact ngatif sur l’quipe et il a dclar qu’il ne voulait pas de connards .

Elle a assur dans sa dclaration qu’elle tait temporairement rassure par les propos de Musk, mais deux jours plus tard, elle a t informe par un e-mail au nom d’un associ de Musk qu’une dcision avait t prise pour rduire la taille de l’quipe de politique publique de Twitter de 20 pour cent.

Elle affirme qu’ la suite de l’e-mail, elle et d’autres employs se sont vu proposer des forfaits de sortie en fonction de leur emplacement.

En raison du manque de clart sur plusieurs questions concernant son contrat de travail, qui la proccupaient ainsi que d’autres travailleurs, McSweeney a dclar qu’elle n’avait pas cliqu sur oui. Elle a dclar que le forfait de sortie ne rpondait pas ses droits contractuels et que pour ceux qui souhaitaient rester avec Twitter, les conditions gnrales relatives ce que Musk attendait d’eux n’taient pas nonces dans le document.

Elle a dclar que Musk avait dclar qu’il s’attendait ce que le personnel travaille depuis le bureau afin que les employs puissent faire leur travail au plus haut niveau et pendant les heures normales de travail. Elle n’avait aucun problme travailler dur pendant des heures, mais n’tait pas prte s’engager dans une attente indtermine, sans informations sur les changements apports aux attentes par rapport ses prestations.

Elle a dclar avoir dcouvert le 18 novembre qu’elle avait t exclue du systme informatique de Twitter et avait reu un e-mail sur son compte personnel reconnaissant sa dmission volontaire et notant qu’elle avait t accepte. Elle affirme qu’elle est traite comme si elle avait quitt l’entreprise et reste en lock-out.

Cela, prtend-elle, ne lui a laiss d’autre choix que de demander une injonction.

L’affaire reviendra devant le tribunal cette semaine.

Musk indique que Twitter en a fini avec les licenciements

McSweeney n’est pas le seul cadre suprieur de Twitter faire face l’incertitude quant son emploi. Aprs que Robin Wheeler, l’ancien responsable des ventes publicitaires de Twitter, ait dmissionn plus tt ce mois-ci, Musk l’a convaincue de rester, mais a fini par la virer quand mme.

Au cours d’une runion gnrale avec les employs de Twitter la semaine dernire, Musk a dclar que l’entreprise en avait fini avec les licenciements et qu’elle recrutait activement pour des postes dans les domaines de l’ingnierie et des ventes. Ses commentaires ont t faits le jour mme o une vague non spcifie de coupes a touch le dpartement des ventes de Twitter, qui a perdu presque tous ses cadres suprieurs depuis que Musk en a pris la direction.

Musk n’a pas prcis le type de postes d’ingnieurs ou de commerciaux pour lesquels Twitter recrute, et la socit n’a actuellement aucun poste pourvoir sur son site Web. En termes d’embauches critiques, je dirais que les personnes qui sont excellentes pour crire des logiciels sont la plus haute priorit , a-t-il dclar lors de la runion. Il a t rapport la semaine dernire que les recruteurs de Twitter contactaient dj les ingnieurs pour leur demander de rejoindre Twitter 2.0 – an Elon company .

Musk a poursuivi en disant que, pour tre la place publique numrique, nous devons reprsenter des personnes ayant un large ventail de points de vue, mme si nous ne sommes pas d’accord avec ces points de vue . Il n’a pas abord le licenciement de dizaines d’employs pour avoir publi des tweets et des messages Slack le critiquant au cours des deux dernires semaines.

Il a reconnu que la rorganisation en cours de l’entreprise comportera beaucoup d’erreurs mais se stabilisera avec le temps . En rponse une question d’un employ, il a dclar que des parties importantes de la pile technologique doivent tre reconstruites partir de zro et, un autre moment de la runion, il a suggr que ce serait une bonne ide de dcentraliser quelque peu les choses en crant des quipes d’ingnieurs au Japon, en Inde, en Indonsie et au Brsil.

L’utilisation historiquement forte de Twitter au Japon a t spcifiquement mentionne par Musk comme ce quoi l’entreprise devrait aspirer idalement dans tous les pays sans exception . On pourrait croire que Twitter est centr sur les tats-Unis, mais en ralit, il est centr sur le Japon. Il y a peu prs le mme nombre d’utilisateurs actifs quotidiens au Japon qu’aux tats-Unis, malgr le fait que le Japon a un tiers de la population des tats-Unis a-t-il dclar .

Source : IT

Et vous ?

Que pensez-vous des raisons derrire le refus de cliquer sur le oui , invitant les employs s’engager pour le Twitter 2.0, avances par Sinead McSweeney qui veut nanmoins continuer l’aventure Twitter ?

tes-vous d’accord avec sa dmarche faisant intervenir le tribunal ? Pourquoi ?

Comment interprtez-vous le fait que les avocats d’Elon Musk ont reconnu qu’elle n’avait aucune intention de dmissionner, ont confirm que son engagement dans son travail n’avait jamais t remis en question et ont dclar que son accs aux systmes informatiques serait rtabli, mais pourtant rien n’a t fait ?

Une situation comme celle-ci pourrait-elle servir de dclencheur visant des actions similaires d’autres employs de Twitter n’ayant pas cliqu sur le “oui”, mais voulant rester dans l’entreprise ?

D’ailleurs, que pensez-vous de cet ultimatum d’Elon Musk ?

Une cadre suprieure de Twitter a obtenu une injonction du tribunal pour empcher Elon Musk de la licencier, la VP pour les politiques publiques refuse la culture de travail